Colloque organisé par l'université Mouloud Mammeri, Tizi ouzou, le 26,  27, 28 novembre 2007

ARGUMENTAIRE
Il n’est ni superflu ni exagéré d’affirmer que la culture orale en général et amazighe en particulier n’a été sauvegardée pas ses femmes. Vecteurs de transmission culturelle depuis plusieurs millénaires, elles ont ainsi pendant longtemps assuré les fonctions de médiatrices culturelles comme la vivacité de certaines pratiques en témoigne dans certaines aires géographiques du Sud (en particulier le Hoggar ou le M’Zab). Mais ces fonctions ont été largement assumées au Nord de l’Afrique, même si la pénétration coloniale (avec les effets sur l’économie) et l’introduction de l’école dans le monde traditionnel n’ont pas été sans influence sur la culture et sa représentation, aussi bien par les femmes que par les hommes. Bien que productrices reconnues, elles sont toujours placées en arrière-plan de la scène lorsqu’il s’agit de leur visibilité dans l’espace public. Cette omission puise ses racines dans le lointain passé méditerranéen, marqué par une tradition patriarcale enracinée dans l’histoire mais accentuée par l’avènement des religions du livre qui, selon leur degré de pénétration, renforcèrent en la légitimant la domination masculine. Certes présente, cette division du travail entre les sexes n’a pas épuisé pour autant la création féminine.
Mieux encore : Elle a déterminé un façon de vivre et de penser doublement spécifique au monde féminin et au monde de la culture minorée. Sans remonter au passé le plus lointain, il nous paraît important de revenir sur les trajectoires « intellectuelles » des femmes pour comprendre leur intégration dans le monde de la culture et /ou des lettres. Le parcours emblématique de Fadhma et Taous devrait nous permettre de mieux appréhender celui de nombreuses productrices lettrées ou non, appartenant au passé ou au monde contemporain. Cette rencontre devra permettre de :

1. Poser les jalons des rapports de genres dans le monde amazigh.
2. Comprendre les liens entre féminité et création (le rapport à la double culture).
3. Appréhender les changements culturels à l’aune de la sexualité.

Les enseignants désireux d’intervenir sur ce thème devront envoyer leur communication à l’adresse mail suivante :
pcf2007@mail.ummto.dz

Comité Scientifique du Colloque

• Dalila Arezki (Maître de Conférences, UMMTO).
• Rachid Arezki (Professeur Algérie )
• Abdelkader Bezzazi (Professeur – Vice Doyen à OUJDA)
• Ouadi Bouzar (Professeur à Grenoble)
• Denise Brahimi (Maître de Conférences à Paris VII, Paris
• Fanny Colonna (Professeur d’Anthroplogie).
• Aboulkacem El Khatir (Chercheur,Ircam Rabat)
• Mustapha El Qadiry (Chercheur,Ircam)
• Jean Pierre Faguer (Chercheur au centre de sociologie européen)
• Clothilde Gharsa (Narbonne, agrégée de philosophie, doctorante à L’EHESS)
• Mohand Akli Hadadou (Maître de Conférences, UMMTO).
• Rabah Kahlouche (Professeur,UMMTO).
• Abderrahmane Lakhsassi(Professeur, l’Université de Mohamed V de Rabat)
• Bouteldja Riche (Professeur,UMMTO).
• Meriem Rotary (Ater Paris)
• Brahim Salhi (Maître de Conférences, UMMTO).
• Hervé Sanson (Chargé de Conférences à Paris VIII)
• Noura Tigziri (Professeure, DLCA,Université de Tizi-Ouzou)
• Tassadit Yacine (Directrice d’études à L’EHESS)
• Mohammed Yahiatene( Professeur,UMMTO)

Lire le document (entier) en PDF: Colloque_international
Source: Université Mouloud Mammeri (consulté le 26 décembre 2007)