kateb_yacine_oeuvre_fragment_litePublié dans KATEB Yacine, L'Œuvre en fragment, de Jacqueline ARNAUD, cette pièce de théâtre de Kateb Yacine relate les tous derniers instants de la lutte que mena Dihya face à la conquête arabe. Cet extrait est aussi intitulé sous le nom de "La femme sauvage".
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Entrent deux paysans.

PREMIER PAYSAN :

                                     Le feu, toujours le feu!

SECOND PAYSAN :

                                     Sang et poussière
                                     Feu et flammes
                                     Sur la terre libre d'Amazigh !

PREMIER PAYSAN :

                                     Où irons-nous
                                     Si toute la terre brûle ?

Entre Dihya. Elle s'adresse aux paysans.

DIHYA :

                                     Les récoltes sont perdues
                                     Mais nous pouvons tout perdre
                                     II nous reste la terre.
                                     A chacun de ses pas
                                     Sur le sol des ancêtres
                                     L'ennemi ne trouvera
                                     Que le feu sous la cendre.

PREMIER PAYSAN (à part) :

                                     La guerre n'est pas notre métier.

SECOND PAYSAN (même jeu) :

                                     Nous ne sommes pas des soldats.
                                     Nous avons pris les armes
                                     Pour défendre la terre,
                                     Non pour détruire notre pays.

PREMIER PAYSAN :

                                     C'est le blé, c'est le pain qui brûle !

SECOND PAYSAN :

                                     Le pain de nos enfants !

DIHYA :

                                     Le pain, le pain amer,
                                     Le pain amer de l'esclavage !
                                     Ils voudraient, les envahisseurs
                                     Vous le faire manger à genoux.
                                     Et demain si vous acceptez
                                     Ils vous le feront manger à plat ventre !

PREMIER PAYSAN :

                                     Si les Arabes avaient raison ?
                                     ...

SECOND PAYSAN :

                         Ne sont-ils pas les hommes de Dieu ?

PREMIER PAYSAN :

                         Les Juifs et les Chrétiens
                                     Ne croient-ils pas aussi
                                     En un seul Dieu unique ?

DIHYA :

                         Toutes ces religions qui n’en sont qu'une
                                     Servent des rois étrangers.
                                     Ils veulent nous prendre notre pays.
                                     Les meilleures terres ne leur suffisent pas.
                                     Ils veulent aussi l’âme et l'esprit de notre peuple.
                                     Pour mieux nous asservir, ils parlent d'un seul Dieu.
                                     Mais chacun d'eux le revendique
                                     Exclusivement pour lui et pour les siens.
                                     Ce Dieu qu'on nous impose
                                     De si loin par les armes
                                     N’est que le voile de la conquête.
                                     Le seul Dieu que nous connaissons,
                                     On peut le voir et le toucher :
                                     Je l’embrasse devant vous,
                                     C’est la terre vivante,
                                     La terre qui nous fait vivre,
                                     La terre libre d'Amazigh !

Elle embrasse la terre, imitée par les paysans. Entrent deux cavaliers.

CHŒUR DES CAVALIERS :

                         II n'y a de dieu qu'Allah
                                     Et Mohamed est son prophète !

DIHYA :

                       Ô peuple qui te dis libre,
                                     Pourquoi opprimes-tu
                                     Un autre peuple libre ?

PREMIER CAVALIER :

                         Tu l'entends ?
                                     C'est cette femme
                                     Qui soulève les tribus contre nous.

SECOND CAVALIER :

                         Dans ce pays les femmes sont belles.

PREMIER CAVALIER :

                         Comme les vierges du paradis...

SECOND CAVALIER :

                         Chez nous en Orient,
                                     Une jolie berbère se vend
                                     Plus de mille pièces d'or.

PREMIER CAVALIER :

                         Sidi Okba ramène 80 000 esclaves. 

SECOND CAVALIER :

                         A nous les vierges du paradis !

PREMIER CAVALIER :

                                     Ecoute ô Kahina !

DIHYA (à distance) :

                         Pourquoi donc ne nous appellent-ils
                                     Jamais par notre nom ?
                                     Mon nom est Dihya.

SECOND CAVALIER :

                         Ecoute ô Kahina !

PREMIER CAVALIER :

                                     Pense à ton pays.

SECOND CAVALIER :

                         Pense à tes enfants.

PREMIER CAVALIER :

                         Rends-toi, il n'est que temps.

SECOND CAVALIER :

                                     Ecoute, ô Kahina !...
                                     …

CHOEUR DES CAVALIERS (invisibles) :

                         Il n'y a de dieu qu'Allah
                                     Et Mohamed est son prophète !

DIHYA (aux paysans) :

                         Les Arabes m'appellent Kahina, la sorcière.
                                     Ils savent que je vous parle, et que vous m'écoutez
                                     …
                                     Ils s'étonnent de vous voir dirigés par une femme.
                                     C'est qu'ils sont des marchands d'esclaves.
                                     Ils voilent leurs femmes pour mieux les vendre.
                                     Pour eux, la plus belle fille n'est qu'une marchandise.
                                     Il ne faut surtout pas qu’on la voit de trop près.
                                     Ils l'enveloppent, la dissimulent comme un trésor volé.
                                     Il ne faut surtout pas qu'elle parle, qu'on l'écoute.
                                     Une femme libre les scandalise, pour eux je suis le diable.
                                     Ils ne peuvent pas comprendre, aveuglés par leur religion.

PREMIER CAVALIER :

                         Pour la dernière fois,
                                     Ecoute, ô Kahina, reine des berbères...

DIHYA (aux paysans) :

                         Ils m’appellent Kahina, ils nous appellent berbères,
                                     Comme les Romains appelaient barbares nos ancêtres.
                                     Barbares, berbères, c'est le même mot, toujours le même
                                     Comme tous les envahisseurs, ils appellent barbares
                                     Les peuples qu'ils oppriment, tout en prétendant les civiliser
                                     Ils nous appellent barbares, pendant qu'ils pillent notre pays.

Aux cavaliers :

                                     Les barbares sont les agresseurs.
                                     Il n'y a pas de Kahina, pas de berbères ici.
                                     C'est nous dans ce pays qui combattons la barbarie.
                                     Adieu, marchands d'esclaves !
                                     Je vous laisse l'histoire
                                     Au cœur de mes enfants
                                     Je vous laisse Amazigh
                                     Au cœur de l'Algérie !

Charge de cavalerie. Elle est tuée au combat.

CHŒUR DE PAYSANS :

                      

Ô Dihya, tu t'es sacrifiée !
                                     Le cœur qui pleure,
                                     Je voudrais le brûler.
                                     La cause des ancêtres
                                     Est toujours plus puissante.
                                     La nuit tombe sur les traîtres.

ARNAUD Jacqueline, Kateb Yacine, L’œuvre en Fragments, Sindbad Actes Sud, Paris, 1999, pp. 427-431.
N° D’éditeur : 3432
Dépôt Légal : Septembre 1999
ISBN : 2-7427-2418-4 / F7 5890
433 pages.

Source: Tadukli (consulté le 04 janvier 2008)