section La pratique du tatouage

« Selon les divers ouvrages ou articles que nous avons lu, ce tatouage là est pratiqué chez les Berbères comme chez les Kabyles ou chez les Marocaines.   ...»  Extrait du document
Voir docs similaires - Page dédiée  
coût de l'article: 9.95€

extension 24 pages word
langue Langue : français

sociologie Sociologie , mémoire

Publié le 24/05/2004

note niveau : avancé
cv auteur
cv comité de lecture

section Résumé

On peut différencier deux types de tatouages qui ont des significations et des usages distincts. On trouve donc des tatouages permanents qui ont le même rôle que la scarification en Afrique Noire par exemple. Ainsi que des tatouages temporaires au Henné exclusivement fait par des femmes. Ils sont tous les deux utilisés dans les rites mais selon des pratiques différentes d'une ethnie à l'autre. On peut trouver des motifs simples qui au final vont donner un ensemble complexe. Au Maghreb l'emplacement du tatouage sur le corps joue également un rôle important qui à tendance à ne plus avoir de significations actuellement. Ils sont utilisés en premier lieu pour des valeurs prophylactiques, ornementales ou tribales. Aujourd'hui, les pratiques restent ancrées mais évoluent et changent selon les individus et les lieux vers une tendance essentiellement esthétique.
De ses origines à aujourd'hui, comment le tatouage est-il perçu et quelles sont les pratiques développées autour de celui-ci ?
Premièrement nous allons découvrir l'histoire du tatouage au Maghreb et tenter d'établir une définition. Puis dans la description, nous verrons les différents tatouages et les différents motifs ainsi que leur emplacement sur le corps. Ensuite nous verrons les différentes pratiques à travers les acteurs, les techniques et les rites. Enfin, nous allons tenter de faire apparaître l'évolution qu'il a subie et sa signification actuelle...

section Sommaire

  1. Historique
    1. Rejet du tatouage dans les textes bibliques
    2. Définition du tatouage
  2. Description du tatouage
    1. Les trois groupes de tatouages
    2. Les différents motifs
    3. Les lieux sur le corps
  3. Techniques, pratiques et rites
    1. Les acteurs du tatouage
    2. La pratique du tatouage
    3. Le tatouage dans les rites
  4. Le sens du tatouage
    1. Les effets du tatouage sur la personne (tatouage magique...)
    2. Le tatouage : du signe identitaire au symbole résiduel
    3. L'effet de mode aujourd?hui


section Commentaire: "Système tribal et changement social en Afrique du Nord", Ernest Gellner, in « Annales Marocaines de Sociologie », n°2, 1969

« de Robert Montagne (La vie sociale et la vie politique des Berbères, 1931), car  dans les affaires dans le reste de la Tunisie, des familles Kabyles vivant des   ...»  Extrait du document
Coût: 4.95€

extension 5 pages word

langue Langue : français

relations internationales Relations internationales   
fiche de lecture
Publié le 23/10/2006
note niveau : expert
cv auteur
cv comité de lecture

section Résumé

Dans cet article d’une vingtaine de pages paru à une époque où florissaient les études sociologiques et politiques sur le Maghreb, Ernest Gellner nous livre une analyse historiciste originale et précieuse des rapports entre un « système tribal » très spécifique des zones rurales d’Afrique du Nord, et le reste des sociétés nord-africaines, féodales puis capitalistes. Ces conclusions préfigurent celles de Saints de l’Atlas (1969), et ont renforcé la renommée de ce philosophe devenu anthropologue sur le tas, enseignant tour à tour à la L.S.E. puis à Cambridge. Sa méthodologie, déjà esquissée dans Words and Things (1959) s’inscrit à contre-courant de la mouvance en vogue à l’époque incarnée par Clifford Geertz (notamment dans Le Souk de Sefrou. Sur l’économie du bazar, 1969), qui voit dans l’étude systématique du champ symbolique l’unique moyen de saisir la réalité : Gellner taxe cette vision de culturaliste et avance que la réalité objective existe en dehors des interprétations symboliques que s’en font les acteurs sociaux au sein de leurs cultures ; celles-ci sont en évolution constante et des traits communs les relient. Quoi qu’il en soit, le problème central soulevé ici est en général sous-jacent, explicitement ou non, à l’ensemble des études du « système tribal » nord-africain entre les années 1930 et 1970, de Robert Montagne à C. Geertz, en passant par Evans-Pritchard et Jacques Berque : le changement social moderne et le « système tribal » traditionnel sont-ils plutôt incompatibles ou complémentaires ? Cela revient en fait à se poser deux questions : qu’est-ce que le « système tribal » dans sa version nord-africaine traditionnelle et quels liens entretenait-il avec le reste de la société ? Quels mécanismes les impérialismes et les indépendances sont-ils venus interrompre ou au contraire accentuer ?

section Sommaire

  1. Le « système tribal » comme agent du changement cyclique dans la société traditionnelle
  2. Le rôle intégrateur des plus petits segments dans la société coloniale et post-coloniale


section La question de la langue en Algérie et en Turquie

« L'arabisation s'est accompagnée d'un rejet des langues parlées arabes et berbères.  Les Kabyles notamment ont vu dans l'arabisation une menace pour la   ...»  Extrait du document
Voir docs similaires - Page dédiée
coût de l'article: 6.95€   

extension 7 pages word

langue langue : français

relations internationales Relations internationales
Exposé
Publié le 27/12/2005
note Niveau : expert
cv auteur
cv comité de lecture

section Résumé

En Turquie puis en Algérie, les dirigeants optent pour une politique linguistique qui fait la promotion d’une langue unique, respectivement le turc dès 1928 et l’arabe classique à partir des années 60. Cette langue unique, en tant que référant national, doit favoriser l’émancipation de la république turque du legs ottoman et de l’Algérie indépendante du joug français. Cependant, ces politiques linguistiques ne tiennent pas compte des réalités linguistiques plurielles de ces deux pays. En effet, l’arabisation de l’Algérie se fait au détriment de l’arabe algérien et du berbère ; et la turquification, au détriment de la langue kurde, principalement.
Ainsi, nous verrons en premier lieu les fondements de ces deux politiques linguistiques, inscrites chacune dans des processus d’émancipation et de cohésion nationale, et qui institutionnalisent des langues autrefois rejetées. Puis nous verrons dans un second temps comment, dans un réflexe défensif face au mythe séparatiste, l’Algérie et la Turquie excluent les langues parlées.

section Sommaire

  1. La langue : un instrument d'émancipation
    1. La révolution linguistique turque
    2. La révolution culturelle algérienne
  2. La confiscation de la parole
    1. L'arabisation contre le berbère et l'arabe algérien
    2. La turquification contre le kurde

Source: Oboulo