La 4e édition s’ouvre le 15 avril prochain

Un salon du livre amazigh, sous le slogan "Aux couleurs du printemps amazigh", se tiendra du 15 au 20 avril prochains, à la Maison de la culture Rachid Mimouni de Boumerdès. Organisé sous l’égide du ministère de la Culture, en collaboration avec le HCA et la Direction de la culture de la wilaya de Boumerdès, "le Salon du livre amazigh se veut itinérant pour montrer où en est le livre et l’édition amazighe", dira Youcef. Merahi, SG du HCA.

Le Salon du livre, dans sa prochaine édition de Boumerdès, sera axé sur trois chapitres, à savoir : exposition -ente, ventes dédicaces de livres en présence des auteurs, des journées thématiques et des activités culturelles. Le salon portera sur tout ce qui a trait à la création et à la recherche, les journées thématiques du livre et de l’écriture amazigh autour en présence de spécialistes de la question amazighe : on citera entres autres Saïd Chemakh, Brahim Salhi, Mouloud Lounaouci, Amin Zaoui, Oulhadj Laceb, Djellaoui et Y. Nacib. Ce dernier à travers ce salon, rendra hommage à R. Ath Mensour (Prf. Ouahés), auteur de la traduction du Coran en tamazight qui sera disponible au Salon du livre. Des bibliobus sillonneront les trois communes ; Beni Amrane, Bordj-Menaïél et Naciria en vue de rapprocher le livre du citoyen, une initiative à laquelle participera la Bibliothèque nationale. Au chapitre des activités culturelles, une pièce de théâtre intitulée : "Uzu n’Tayri" de Hadjira Oubachir est prévue ainsi qu’un récital poétique de l’illustre Ben Mohamed et de H. Oubachir en présence du chanteur et poète Aït Menguellet Lounis. Des prix seront décernés aux meilleurs auteurs et quelques étudiants.


"Montrer et faire connaître l’écriture amazighe, parent pauvre de l’édition nationale…, donner l’occasion aux différents auteurs de se rencontrer et éventuellement créer une association des auteurs amazighs qui est une piste à prospecter sérieusement. Et aussi, donner l’occasion aux lecteurs de rencontrer les éditeurs et les auteurs", sont entre autres les objectifs de ce 4e rendez- vous, après Bouira (deux premières éditions) et Oran (3e édition), ajoute Y. Merahi. La participation du HCA se verra rehaussée par 100 titres, dont 17 sont édités en 2008 avec le 17e titre de "Timuzgha," et en point d’ancrage la commémoration du Printemps berbère. Le S.G du HCA n’a pas manqué de souligner l’absence criante d’un canal d’expression amazigh. Des auteurs nous sollicitent, mais nos moyens sont limités ; “on ne peut éditer tous les auteurs", dira-t-il. Et d’ajouter : "la poésie est l’expression capitale ; elle est la quintessence de l’expression, mais parfois il faut passer par la création, donc par le roman". Et d’expliquer en étayant ses dires : "Le lectorat existe potentiellement ; mais la société bute avec l’oralité…Et puis, l’école algérienne ne stimule pas vraiment l’imaginaire du citoyen… On préfère entendre et déclamer la poésie". A ce titre, le SG du HCA préconisera la relance et la recréation des bibliothèques communales par l’implication directe des APC. La prochaine édition du Salon du livre amazigh de Boumerdès sera d’un grand apport à tous les niveaux. "Une meilleure qualité et quantité prendront le relais ; avant c’était symbolique…


Le salon prendra de l’ampleur". En plus du Salon du livre de Boumerdés, cinq séminaires sont prévus au courant de cette année 2008. Le caractère oral de la langue et culture amazighs fait que d’autre supports médiatiques : journaux, radios locales, une chaîne de télévision s’avèrent plus que nécessaires, voire indispensables, pour une véritable promotion. D’ailleurs, la multiplication de supports médiatiques ne fera qu’encourager la création sous toutes ses formes. Par ailleurs, plusieurs étudiants en langue et culture amazighes nous ont fait part de leur sentiment de frustration après l’absence sur les étals des buralistes de "IZURAN", journal dans lequel quelques pages sont en langue amazighe.

 

 

Ahmed Kessi

Source: La Dépêche de Kabylie